mercredi, juillet 31, 2013

PROJET DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La corporation se concerte

PROJET DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La corporation se concerte

PROJET DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La corporation se concerte

Elargie à tous les représentants des organes de presse nationale privée et publique, «l'Initiative nationale pour la dignité des journalistes algériens, s'est réunie dans la soirée de lundi dernier à Alger, afin de réagir au projet du ministère de la Communication, portant sur l'installation de la Commission nationale pour la délivrance de la carte nationale de journaliste professionnel». Tout en saluant la démarche du ministère, les journalistes ont relevé des satisfactions et des confusions relatives à plusieurs points du projet soumis à débat.
Les journalistes ont fait montre d'une détermination remarquable à poursuivre le combat pour la valorisation du métier de journaliste en Algérie, tout en restant dans l'objectivité, les intervenants ont souligné, à l'unanimité, que «le devoir et la responsabilité, c'est d'attirer l'attention des pouvoirs publics concernés, au lieu de tourner en rond», a-t-on souligné à l'ouverture de la rencontre. Aussi, des représentants de la presse arabophone et francophone étaient présents pour débattre de l'ensemble des problèmes liés à la presse nationale dans toutes ses dimensions.
Les journalistes ont insisté longuement sur l'importance de ne pas rééditer les erreurs du passé, à commencer par les divisions qui ne font qu'affaiblir les rangs et le rôle de la presse nationale, en termes d'amélioration des conditions socioprofessionnelles, mais aussi, la défense et la promotion de la démocratie.
Parmi les points soulevés, figurent les conditions d'accès à la carte nationale de journaliste professionnel, la validité de la carte, les conditions d'éligibilité pour siéger dans la commission nationale, le refus de la participation des directeurs de publication à la commission, du moment qu'on ne peut être juge et partie. La situation des correspondants et des collaborateurs à travers le pays, les situations qui suivent le retrait de la carte de presse en cas de changement d'organe, de profession ou pour d'autres considérations indépendantes de la volonté des journalistes, ont été évoquées par les nombreux intervenants. Les journalistes sont également revenus en détail sur l'ensemble des points qui ont été soumis à débat.
Un document sera rendu public dans les tout prochains jours et sera adressé au ministère de la Communication dans un délai n'excédant pas les 15 jours, soit avant le mois sacré de Ramadhan ou quelques jours après la fête de l'Aïd, a-t-on indiqué. «Qui n'avance pas recule», dit le dicton. Les journalistes algériens ont tout intérêt à aller de l'avant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire