dimanche, juin 30, 2013

TIC : Retracer les mutations enregistrées

Dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance, un salon dédié aux « Télécommunications, postes et technologies de l’information, mémoire et réalisation” se tiendra à Alger  du 1er au 3 juillet 2013, au niveau de Riad El Feth. Cette exposition permettra de retracer la trajectoire d’un secteur important  pour le développement économique et social au cours de ces cinq décennies.
Mur d’images, objets, matériels serviront à mettre en lumière l’évolution du service des postes et télécommunications qui a connu des générations d’équipements et de technologies, des plus anciennes aux plus récentes avec la révolution informatique et cybernétique, et ce, pour répondre de façon adaptée aux besoins de la société et de l’économie, compte tenu de la taille considérable de notre territoire, du principe de l’égalité du citoyen en matière de service public et des besoins croissants des activités de production  de biens et de services déployées dans notre pays sur une longue période. Entreprises, opérateurs de téléphonie, organismes publics et centres d‘innovation technologique et de recherche et instituts de formation seront présents à ce rendez-vous qui montrera, si besoin était l’importance de la communication et de l’information dans  la modernisation de l’économie et l’émancipation de la société. Ce n’est pas un hasard si le credo singularisant cet événement est  «pour une économie fondée sur la connaissance, génératrice d’emplois, de croissance et de nouvelles espérances pour le citoyen».  
Malgré les progrès réalisés, le secteur est appelé à connaître d’autres investissements de développements technologiques et commerciaux pour densifier le maillage du territoire national et améliorer l’offre de service public et les services induits par l’utilisation massive et intensive des NTIC, aujourd’hui puissant levier de croissance dans le monde. Les jeunes générations complétement acquises à ces nouvelles technologies constituent un marché important  et porteur pour tous les opérateurs et toutes les entreprises  engagées sur  ces activités qui sont très diversifiées en raison de la transversalité de ces technologies au sein de l’économie nationale.
De nouveaux dispositifs et mécanismes devront être mis en place pour que cet engouement de la jeunesse et de la société pour les NTIC se transforme en gisement d’emplois et d’activités utiles économiquement et socialement parlant. La modernisation incontournable des infrastructures de télécommunication reste  il faut le dire, la condition sine qua non de l’accès au haut débit et très haut débit afin d’accélérer l’appropriation par les nouvelles générations des TIC et réduire ainsi ce qui est communément appelé la «fracture numérique». .
 C’est le prix à consentir pour augmenter de façon significative la part des TIC dans le PIB, aujourd’hui de l’ordre de 4%, et générer 100.000 emplois directs et 300.000 emplois indirects, avec notamment l’avènement prochain de la 3G, la création de nouveaux métiers et activités innovantes, avec 32 millions d’abonnés de téléphonie mobile, 800.000 abonnés à l’internet et deux millions d’accès à l’ADSL. L’objectif est d’aller bien au-delà des 15%  d’entreprises connectées aujourd’hui et des moins de 40% des PME équipées. Sur les 600.000 entreprises que compte notre pays, très peu disposent encore de site web pour améliorer leur visibilité nationale et internationale et leur  présence sur le marché en vue de développer un nouveau type de relations avec leurs clientèles.
Les efforts à accomplir pour mettre notre pays au niveau des standards internationaux dans le domaine des télécommunications, des postes et de technologies de l’information  constitueront, à l’avenir, un immense chantier que pouvoirs publics et acteurs privés auront à prendre en charge, chacun selon ses moyens et sa vocation,  pour construire l’économie de demain avec les outils favorisant la transparence, les pratiques démocratiques, la décentralisation et le compter-sur-soi.  
Yacine Ould Moussa


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire