jeudi, juin 13, 2013

SYNDICAT NATIONAL DES VÉTÉRINAIRES : Le bureau national renouvelé

Le Syndicat national des vétérinaires fonctionnaires de l'administration publique (Snvfap) ont tenu hier une journée d'information et de vulgarisation à l'adresse de la presse nationale.
La Secrétaire générale du syndicat, Mme Saïda Akali, a ainsi informé du renouvellement du bureau de six membres constitué le 18 mai dernier lors d'une assemblée générale tenue à Tipaza. Cette rencontre, qui n'est point conjoncturelle au vu de l'approche du Ramadhan ou des fêtes de l'Aïd El Fitr et d'El Adha, se tient pour souligner que «l'action de notre syndicat s'inscrit dans la continuité» a affirmé Mme Akali qui a remplacé Mohamed Dahmani.
Répondant à une question sur le plan de travail du syndicat et l'éventualité d'une grève qui pénaliserait lourdement le consommateur algérien, elle a martelé que «Le travail précédent se poursuit» en réaffirmant la solidarité du syndicat avec le consommateur en disant que «le Snvfap n'a jamais profité des moments où le citoyen a le plus besoin de lui pour faire grève comme pendant le Ramadhan ou les fêtes de l'Aïd.» Expliquant le travail mené par les membres du syndicat, qui se vantent de l'adhésion de quelque 900 vétérinaires sur les 1.700 qui existent dans le pays, la secrétaire nationale chargée de la communication, le Docteur Zakia Djitli, a indiqué que des brigades mixtes de contrôle de la qualité existent dans toutes les APC des 38 wilayas structurées hormis 10 wilayas du grand sud où son installation est progressive comme par exemple dans la w.d'Adrar qui dispose déjà d'un bureau du Snvfap. Ces brigades mixtes, a-t-elle précisé, sont composées d'éléments des ministères du Commerce, Agriculture, Environnement, Santé et de l'Intérieur pour la sécurité des inspecteurs itinérants et l'application des procès-verbaux ou des sanctions.
Les vétérinaires militants de ce syndicat veulent sensibiliser les pouvoirs publics sur leur démarche citoyenne qui vise en premier lieu la protection du consommateur. Les mem-bres du bureau «en colère», se plaignent du peu de moyens de logistique pour accomplir leur mission de vétérinaires sur le terrain. L'on signale, entre-autres, le manque de véhicules et d'un local adéquat pour leurs activités.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire