jeudi, juin 13, 2013

LE CHEF DE L'ETAT-MAJOR EN INSPECTION AU SUD : Le général Gaïd Salah exhorte ses troupes

Rien n'est laissé au hasard et tout doit être étudié dans le moindre détail
Rien n'est laissé au hasard et tout doit être étudié dans le moindre détail
Maintenir la menace terroriste au-delà des frontières, préserver l'intégrité et la sécurité territoriale constituent un objectif primordial pour les autorités algériennes. Cet objectif, par la mise en place d'un dispositif adapté à la situation actuelle, vise selon des sources très bien informées, à garder la maitrise et le contrôle du terrain, mais surtout à être en mesure d'intervenir rapidement et avec une grande efficacité en cas d'un éventuel imprévu venant de l'ennemi.
Le contexte selon les mêmes sources est relativement calme au niveau des frontières Est, n'empêche que les autorités militaires exigent la vigilance. De hauts cadres de l'Armée nationale populaire, effectuent pratiquement au quotidien des inspections. Objectif: être à jour et en position d'agir. Ces mesures ne sont pas spécifiques à cette seule zone, puisque le chef d'Etat-major de l'ANP, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah vient d'effectuer une tournée dans le Sud dans le même objectif confirme le site Algérie 1 citant des sources proches de l'Etat-major.
Le général Gaïd Salah, accompagné d'une importante délégation, inspectera point par point tous les endroits sensibles et stratégiques en formulant des instructions strictes que rien ne doit être laissé au hasard et que tout doit être étudié dans le moindre détail.
Selon les mêmes sources, le chef de l'Etat-major débutera son périple par le commandement de la 4e Région militaire pour se rendre à In Amenas avant le commandement de la 6e Région militaire à Tamanrasset en passant par Adrar.
Le général passera en revue dans le détail toute la carte concernée par le dispositif sécuritaire ainsi que les mesures de renforcement appliquées au niveau des sites stratégiques, notamment les sites pétroliers, mais également la révision du dispositif entrepris à la suite de l'intervention de l'Armée française au Mali pour éviter les infiltrations des groupes terroristes vers le territoire national.
Outre ses entrevues avec les responsables militaires régionaux et les autorités civiles, le chef de l'Etat-major a tenu à rencontrer la société civile, notamment les notables de la région les rassurant, rapporte encore le même site, que toutes les dispositions nécessaires ont été prises en considération afin de sécuriser la région.
Cette visite intervient au moment où la situation demeure assez tendue au Mali sur le plan politique et sécuritaire et concourt avec le processus des négociations entre les pouvoirs publics maliens et la rébellion touarègue à Ouagadougou en vue d'arriver à un commun accord pour le règlement de la crise malienne. Néanmoins, les deux parties en négociation agissent avec une réserve et une méfiance mutuelles, bloquant ainsi une progression dans les négociations. C'est l'armée malienne qui semble porter préjudice à ces pourparlers et dont la rébellion touarègue n'a aucune confiance.
C'est cette même armée qui a été à l'origine d'une intervention étrangère suite au double coup d'Etat opéré. La présidentielle est prévue le 28 juillet prochain et aucun indice ne semble annoncer un aboutissement à un accord d'ici cette date, malgré cela on tente de rassurer sur le bon déroulement des négociations.
L'aboutissement à une résolution de la crise malienne n'est certainement pas pour demain. Les groupes armés, notamment le Mujoa, profiteront certainement de cette instabilité pour commettre d'autres attentats et face à cette situation d'incertitude, l'Algérie restera sur ses gardes en stimulant tous les moyens possibles pour préserver ses frontières.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire