dimanche, juin 30, 2013

Journée de formation médicale continue sur le diabète


Le  « diabète et le Ramadhan » a été l’un des thèmes des différentes communications faites par la kyrielle de professeurs de haut niveau, venus des CHU de Tlemcen, Sétif et Béjaïa, pour la journée de formation médicale continue sur le diabète, organisée, hier, au campus d’Aboudaou, par l’association des diabétiques de la wilaya de Béjaïa pour fêter le 10e anniversaire de sa création. Bien qu’il existe des cas où  ne pas jeûner pendant le Ramadhan est permis pour le musulman, notamment pour le sujet malade dont le cas s’aggraverait par le jeûne, les diabétiques, surtout ceux du type 2 sont souvent réticents, et pour des motifs religieux insistent pour jeûner. Les personnes diabétiques sont plus sensibles que les autres aux variations extrêmes de l’apport nutritionnel et aux réponses hormonales, d’autant plus que l’alimentation pendant la période du Ramadhan est beaucoup plus riche que d’habitude en sucres et en graisses. Le thème a été développé par le professeur Berrouiguet, du service de médecine interne du CHU de Tlemcen. Le professeur Khettabi, du service de médecine interne du CHU de Sétif, communiquera, quant à elle, sur les complications microangiopathiques, et axera sur la rétinopathie diabétique qui menace le pronostic visuel pouvant mener jusqu’à une totale cécité, la néphropathie diabétique qui est la première cause de l’insuffisance rénale, la neuropathie diabétique, première cause d’amputation et la neuropathie autonome, qui augmente le taux de mortalité à 10%.  Le point de vue de l’orthopédiste sur le pied du diabétique et les actualités thérapeutiques ont également été au menu de cette journée scientifique, qui intervient à la veille du mois de Ramadhan, lequel constitue une période difficile pour les diabétiques, qui malgré leur maladie, s’obstinent à observer le jeûne.

A. Gana


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire