jeudi, mai 30, 2013

Traitement des prisonniers de guerre et gestion des conflits : “L'émir Abdelkader réagissait en accord avec ses aspirations humanitaires”

"Les décisions de l'émir Abdelkader relatives au traitement des prisonniers de guerre et à la gestion des conflits étaient en accord avec ses aspirations humanitaires", a relevé, hier à Alger, l'universitaire britannique, Thomas Woerner-Powell.
La protection des personnes en cas de conflit armé, notamment les blessés et prisonniers de guerre, que l'émir Abdelkader prônait même quand il n'avait plus de bases de pouvoir, "reflète sa compétence morale mise au service de la paix dans sa dimension universelle", a indiqué l'universitaire lors du colloque international sur "L'émir Abdelkader et le droit international humanitaire". Pour lui, le secours porté par l'émir à des milliers de chrétiens lors des événements de Damas, survenus en 1860, et la manière dont il traitait ses prisonniers lors de la lutte contre la colonisation française "démontrent incontestablement le service qu'il a rendu à la cause de l'humanité". "En sauvant la vie à plus de 1.500 chrétiens innocents à Damas, l'émir a joué un rôle crucial pour éviter un désastre humanitaire, un nettoyage ethnique et pour faire face aux violences communautaires", a-t-il dit, rappelant que "cette louable action a eu un grand écho sur le plan international et lui a valu la reconnaissance des souverains de l'époque".
Évoquant le parcours historique du fondateur de la Croix-Rouge, le Suisse Henry Dunant (1828-1910), M. Woerner-Powell a estimé que ce dernier, tout comme l'émir Abdelkader, "a été choqué par la violence de l'homme contre l'homme, même si le contexte était différent". "Ces deux hommes avaient des voies distinctes. Ils ne partageaient ni la culture ni la religion, mais ont abouti à des conclusions similaires en matière de droit international humanitaire, car ils réagissaient avec la même force et la même énergie pour combattre les horreurs de la violence que l'homme est capable de causer", a-t-il souligné. L'universitaire britannique, auteur de plusieurs thèses sur l’œuvre de l'émir Abdelkader, qu'il considère comme le "père spirituel" de l'Algérie indépendante, a estimé que l'émir et Dunant étaient "les premiers à planter des pousses vertes de l'action humanitaire". Organisée par la Fondation Émir-Abdelkader et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à l'occasion du 130e anniversaire du décès de l'émir Abdelkader, le 150e de la création du CICR et le 5e du Comité national du droit international humanitaire, le colloque se tient du 28 au 30 mai à Alger avec la participation d'experts en droit humanitaire algériens et étrangers.
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire