vendredi, mai 31, 2013

PRIÈRES, CALMANTS, BOISSONS ÉNERGISANTES, GRIS-GRIS...ET TRICHERIE : "Tu seras bachelier mon fils"

Un tournant dans la vie de ces citoyens de demain
Un tournant dans la vie de ces citoyens de demain
Le stress! C'est l'état d'esprit général de tous les candidats qui s'apprêtent à passer demain, les épreuves du baccalauréat. L'anxiété a atteint son paroxysme chez ces jeunes élèves qui s'apprêtent à passer l'examen le plus important de leur vie.
La pression des parents n'est pas pour arranger les choses. Après plus d'un mois, de «mise au vert» on est à la veille du grand jour. Pour être prêts le jour J, les candidats se sont investis, corps et âme dans les révisions. Mais pas seulement! Certains qui ont voulu mettre toutes les chances de leur côté, ne se sont pas contentés de réviser. Ils ont usé de rituels insolites les uns plus que les autres. Ce n'est un secret pour personne que les coeurs battent la chamade au fur et à mesure qu'approche l'échéance tant redoutée. Beaucoup de candidats se «réfugient» en cette période dans la religion.
La prière fait «fureur» chez les candidats. D'où la blague populaire de l'imam qui vient pour faire son prêche à la veille du Bac et ne trouve pas de place pour rejoindre son «minbar». Il réussit quand même à se frayer un chemin et après maints efforts, il y arrive et prend le micro: «S'il vous plaît, les candidats du Bac mettez-vous derrière.»
Jusque-là rien de grave, bien au contraire. Ce qui est grave par contre, ce sont certaines prières «miracles» qui s'échangent sur les réseaux sociaux. «Lisez cette prière vous allez avoir le Bac», peut-on lire sur un forum de lycéens qui fait référence à une «daâwa» (prière) que l'on doit lire tous les jours avant de dormir. Cette prière est censée nous faire découvrir dans nos rêves les sujets du Bac. Mais cela reste bien sûr une illusion. D'autres prières doivent être lues avant de rentrer en salle d'examen...Ces pratiques endoctrinent les élèves qui s'accrochent à n'importe quelle lueur et qui passent leur temps à prier au lieu de travailler.
Sur un coup de baguette magique
Mais plus grave encore, certains recourent à la magie noire qui croient-ils leur permettrait d'arracher le fameux sésame. C'est le cas de Fadia qui est allée voir une voyante (chouafa) pour qu'elle lui prépare une potion magique! Ce qui fut fait, monnayant la modique somme de 3500 dinars. «Ce n'est pas cher pour avoir son Bac», nous dira naïvement cette jeune-fille. Le gri-gri préparé à Fadia est une potion magique aux ingrédients inconnus qu'elle doit prendre tous les soirs. Mais pour le prix qu'elle a eu à payer, Fadia a aussi eu droit à une amulette en peau de lézard qui contient un écrit magique. Cette amulette, Fadia doit l'avoir sur elle pendant les examens. Avec la potion ingurgitée, le tour est joué! Elle est prête pour le Bac. Et les révisions dans tout cela? «Rabbi idjib»...Fadia n'est pas un cas isolé. On a rencontré d'autres candidats au Bac qui ont recouru au même procédé. Salah est l'un d'eux. Ce jeune dont l'anxiété et le stress se lisent sur le visage, a raté son Bac à deux reprises.
Le stress lui joue des tours et il perd tous ses moyens, en dépit de ses énormes capacités. Désespérée et prête à tout pour voir son fils réussir, sa mère a décidé de recourir à la magie. «Elle est allée voir une sorcière qui lui a donné des encens qu'elle brûle toute la journée. Notre maison est toute la journée envahie par un nuage de fumée», témoigne-t-il en précisant qu'elle lui a également donné une potion à boire. «J'ai refusé au début, mais avec la pression qu'elle m'a faite j'ai dû la boire pour qu'elle se calme», rapporte-t-il. «J'ai aussi trouvé des pattes de poulet dans ma chambre, des bougies entourées de fil...», ajoute-t-il. «Ma pauvre mère est très stressée et veut tout essayer pour que j'obtienne mon Bac», fait-il savoir. «Mais le problème, c'est qu'en devenant apprentie sorcière, elle n'a fait que me déconcentrer et m'empêcher de bien me préparer. J'ai passé plus de temps à apprendre la magie que mes cours», regrette t-il. Malgré son jeune âge, Salah est plus lucide que sa mère aveuglée par la superstition. «Le Bac ne peut venir avec un coup de baguette magique, mais en bossant», assure-t-il avec clairvoyance.
Plus dopé que Lance Armstrong...
Pendant que certains recourent à la magie, d'autres se tournent vers le dopage. Boissons énergisantes, calmants, vitamines. Voilà à quoi «carbure» Farid, lui qui semble être plus dopé que Lance Armstrong. C'est, en effet, des pratiques comparables à celles des sportifs auxquelles s'adonnent les candidats au Bac pour supporter le stress et améliorer leurs performances.
D'ailleurs, les pharmaciens ont depuis longtemps flairé l'aubaine: à l'approche du Bac, ils garnissent leur devanture de produits supposés donner, au choix, une pêche d'enfer ou une mémoire d'éléphant aux jeunes candidats confrontés au stress des examens et sommés de maîtriser le jour J tout le programme.
Le marché est juteux. Tout comme celui des boisons énergisantes qui envahissent les étals des épiciers et autres supermarchés. Elles sont devenues une véritable mode. On trouve toutes les marques et toutes les formes. Elles sont censées donner l'énergie nécessaire pour réviser et stimuler la mémoire pour mieux retenir. Or, ces pratiques n'ont aucune efficacité scientifiquement avérée. Au contraire, elles ne sont pas sans danger. «Aucun risque n'est encore prouvé à court terme, mais les scientifiques ont émis des doutes sur les conséquences de ce genre de produits», assure un médecin. «Pour moi, le seul dopage que je conseille aux candidats au Bac est l'assiduité aux cours, un programme cohérent de révision, une nourriture équilibrée, faire du sport et se coucher tôt», conseille-t-il.
Les rois de la triche se modernisent!
Ni prière, ni magie noire et encore moins boissons énergisantes. Rahim ne voit son salut que dans le...copiage. Il ne jure que par les anti-sèches qu'il a préparées. Il se croit plus malin que les autres. Pendant que ses camarades révisaient, lui, il affine ses «méthodes» de copiage. Il a passé son temps à se demander «quelle est la meilleure technique et la méthode la plus discrète pour copier lors du Bac? Comment faire pour ne pas se faire suspendre pendant cinq ans? «Wache sar li aâmrou marbah» (que perd-il celui qui n'a jamais rien gagné), lance-t-il avec arrogance. «Je sais que je n'aurais jamais mon Bac sans copier. Alors, je ne réfléchis pas à deux fois pour le faire», atteste-t-il.
Rahim a mis au service de sa triche les moyens technologiques. Il a tapé les cours qu'il soupçonne figurer dans les sujets du Bac en miniature. Il les a imprimés. «Maintenant je n'ai plus qu'à cacher ces bouts de papier dans un endroit d'où je pourrais aisément les tirer pendant les examens», avoue-t-il. Mais pour tricher, Rahim ne fait pas dans le détail. Il prend en compte toutes les possibilités. Il s'est ainsi rendu sur le Net pour trouver des sites et forums qui pourraient éventuellement l'aider à améliorer sa «méthode». «Sur Internet j'ai trouvé un site qui propose diverses méthodes pour tricher aux examens. Je me suis régalé...», raconte-t-il avec un sourire qui en dit long sur ce qu'il a pu «piocher». Mais il refuse de nous donner plus de détails. «Je ne vais pas vous dire plus, j'ai pas envie que mes surveillants lisent votre article et me débusquent», assure-t-il.
Un petit tour sur le site Internet dont nous a parlé Rahim et on se rend compte que c'est le véritable «paradis» des tricheurs. Des milliers d'astuces y sont proposées.
Des vidéos et des diaporamas sont même là pour illustrer comment ils peuvent être réalisés! Rahim, le génie de la triche, n'est pas un cas isolé. Fella va aussi recourir à la triche pendant cette semaine du baccalauréat. Elle est confortée par la «réussite» de son frère qui, dit-elle, n'a obtenu son Bac que par la tricherie. «Mon frère était vraiment limité. Personne ne pensait qu'il allait avoir son Bac. Mais par miracle, il l'a eu. Ce miracle s'appelle le copiage», témoigne, convaincue cette jeune adolescente. Elle raconte les exploits de son frère qui a eu son Bac dans «les toilettes de son centre d'examen». «Il avait caché des sujets au niveau des sanitaires du centre d'examen. Et avec ses copains, ils s'entendaient à ce qu'ils sortent aux toilettes à la même heure. Sur place, ils tiraient leurs cours et s'échangeaient les réponses. C'est parti comme ça jusqu'à la fin du Bac. Et il l'a eu», relate-t-elle. Fella va ainsi suivre les traces de son frère! Par naïveté ou désespoir, les candidats au Bac sont prêts à s'accrocher à tout et à n'importe quoi pour croire en leur rêve d'accéder à l'université! Cependant, les seuls secrets de la réussite résident dans les efforts soutenus, la discipline et la rigueur et que seul l'effort paie. Et il ne reste plus aux surveillants d'ouvrir l'oeil et surtout d'être plus «imaginatifs» pour débusquer les tricheurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire