jeudi, mai 30, 2013

LES INVESTISSEMENTS DANS LE SUD : Le microcrédit relevé dans 10 wilayas

Le montant maximum dont on peut bénéficier au titre du dispositif du microcrédit dans les wilayas du Sud, a été revu à la hausse en vertu d'un nouveau décret présidentiel publié au Journal officiel n° 25.
Ce nouveau texte, signé fin avril par le président de la République Abdelaziz Bouteflika, vient compléter celui de mars 2011 relatif au dispositif du microcrédit.
Il stipule qu'en sus des avantages prévus par la réglementation en vigueur selon laquelle les bénéficiaires des microcrédits peuvent obtenir «un prêt non rémunéré au titre de l'achat de matières premières dont le coût ne dépasse pas les 100.000 DA», le nouveau test prévoit que «ce montant peut atteindre 250.000 DA dans les wilayas d'Adrar, Béchar, Tindouf, Biskra, El Oued, Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Illizi et Tamanrasset». Le financement des projets d'achat de matières premières dans ces wilayas se fera conformément aux dispositions de la loi de finances 2005.
Un décret exécutif, publié dans le même JO, définissant le niveau d'aide accordée aux bénéficiaires du microcrédit, précise que le niveau de cette aide est fixé à 29% du coût global de l'activité. Il concerne la création d'activité, l'acquisition de petits matériels et matières premières de démarrage de l'activité pour un montant qui ne doit pas dépasser un million de dinars. Il est fixé à 100% du coût global (au titre de l'achat de matières premières), soit en deçà de 100.000 dinars. Ce coût peut atteindre 250.000 dinars, dans les 10 wilayas du Sud citées. Il est à rappeler que dans le cadre de la loi, le microcrédit est défini comme étant un prêt accordé à des catégories de citoyens sans revenus ou disposant de petits revenus instables et irréguliers. Il vise l'intégration économique et sociale des citoyens ciblés à travers la création d'activités de production de biens et services ainsi que les activités commerciales.
Il est destiné à la création d'activités, y compris à domicile par l'acquisition de petits matériels et matières premières de démarrage, et couvre également les dépenses nécessaires au lancement de l'activité.
Les bénéficiaires du microcrédit doivent, lors de la création de leurs activités à titre individuel, satisfaire à des conditions liées notamment à l'âge, au savoir-faire et au niveau de l'apport personnel.
Par ailleurs, selon un autre décret exécutif fixant le fonctionnement du fonds d'affectation spécial «fonds de soutien au microcrédit», il est précisé que ce fonds couvre l'octroi de ces prêts, le financement de l'achat des matières premières dans les wilayas du Sud sur trois ans (2012-2013-2014), la bonification des taux d'intérêts et les frais de fonctionnement de l'Agence nationale de gestion du microcrédit (Angem).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire