dimanche, mars 31, 2013

RATISSAGE À L'EST DU PAYS : L'ANP poursuit la traque des terroristes

Dans un climat social très tendu, les forces de sécurité poursuivent leur lutte contre le terrorisme, ciblant les maquis qui servent encore aux irréductibles de lieu d'abri. Outre les massifs du centre du pays, les forces de sécurité mènent depuis plusieurs semaines d'importantes opérations militaires à l'Est qui se sont soldées par la neutralisation de pas moins de sept terroristes, alors que deux autres ont fait l'objet d'arrestation. Ces deux derniers ont fait des aveux précieux aux forces de sécurité lors de leur interrogatoire, notamment en ce qui concerne la circulation des armes dont le repère est situé à djebel Boudjallal. Les armes sont ensuite acheminées vers plusieurs régions, Khenchela, Batna, Oum El Bouaghi, Sétif, Annaba, Skikda et Jijel. La guerre survenue contre la Libye a eu de graves répercussions sur l'Algérie qui n'avait cessé d'alerter l'opinion internationale, d'où d'ailleurs le retour remarquable de l'activité subversive. Celle-ci s'est distinguée par l'attaque de la base de vie de Tiguentourine et la tentative contre une caserne à Khenchela; pour ainsi dire les armes deviennent la plus grande préoccupation des services de sécurité. Selon des sources très bien informées, les irréductibles se préparent, à ne pas en douter, à ressusciter le terrorisme pour nourrir ce qu'on appelle le «printemps arabe».
Les armes proviennent de la Libye, précisent nos sources et ce n'est un secret pour personne. Les régions de Tébessa et Khenchela servent de lieux de transit pour l'écoulement de ces armes. Lors de leurs opérations, les forces de sécurité ont réussi à saisir 3 RPG et des munitions, mais aussi sont parvenues à la destruction d'une vingtaine de caches, alors que pas moins de 120 bombes implantées dans des espaces, généralement utilisés par les services de sécurité, ont été désamorcées. Des tentatives d'infiltration via les frontières ont été avortées, confient encore nos sources. C'est par cette même détermination que l'Armée nationale populaire traque les terroristes au Centre, notamment en Kabylie où pas moins de trois terroristes avaient été abattus. Aussi bien que dans la région qu'au niveau de l'Est, les services de sécurité maintiennent la pression en adaptant un dispositif sécuritaire adéquat. Une ceinture sécuritaire des plus hermétiques a été érigée le long des frontières Est. Les GGF travaillent de nuit comme de jour, pour garder la menace hors territoire. Des vols de reconnaissance sont quotidiennement opérés et tous les moyens, aussi bien humains, que matériels ont été mobilisés.
Le même principe est appliqué au Sud. La situation critique au Mali oblige les forces de sécurité à doubler de vigilance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire