jeudi, février 28, 2013

“Du concret, sinon...”



 

Une réunion était prévue dans l’après-midi d’hier, entre le Syndicat algérien des paramédicaux 

(SAP) et la commission centrale chargée du suivi des dossiers de cette corporation. 

Contacté hier, le président du SAP, M Lounes Ghachi, nous a confié : « nous avons une rencontre, cet après-midi, avec la commission centrale chargée du suivi de nos dossiers. Cette dernière devra nous informer de ce qui a été fait et de ce qui ne l’a pas été. Nous avons accordé un délai d’un mois au ministère de tutelle pour la prise en charge de nos doléances. Pendant ce temps là, il y a eu des rencontres avec le ministre. Cette après-midi, nous avons une réunion avec la commission en question. Nous ne voulons plus attendre, nous voulons du concret », nous a-t-il fait savoir. Ce syndicaliste n’écarte pas la reprise de la protestation. Néanmoins, il fera savoir à cet effet, que le SAP a toujours privilégié le dialogue. « Nous espérons que la commission en question nous communiquera de bons résultats. Dans le cas contraire, les paramédicaux seront contraints de reprendre le chemin de la protestation », prévient notre interlocuteur. Il y a lieu de rappeler que le SAP avait décidé, le 10 janvier, de surseoir à son mouvement de grève de trois jours, renouvelable chaque semaine, suite aux engagements des responsables du secteur de satisfaire leur plate-forme de revendications. Parmi ces revendications figurent : « le respect des dispositions statutaires intégrant les paramédicaux brevetés dans le nouveau statut et l’élaboration du dispositif réglementaire afin de rendre effective la progression de carrière, inexistante ». Les paramédicaux veulent, aussi, mettre un terme définitif au chevauchement des paramédicaux entre les anciens et les nouveaux statuts.  Ils luttent depuis plusieurs années afin d’exiger également « la mise en application du dispositif réglementaire accompagnant le nouveau statut dans la nomination aux postes supérieurs des paramédicaux, la revalorisation de certaines primes, notamment celles de risque et de garde, et de rendre effectif le protocole d’accord relatif aux amendements statutaires contenus dans le procès verbal de la commission mixte du ministère de tutelle et du SAP ».      

L.O.Challal

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire