mardi, juillet 31, 2012

Conférence de presse de Abdelkader Bendamèche, commissaire du festival chaabi

L’ouverture se fera avec le chant patriotique de M’hamed El-Anka

Hier, mardi, Abdelkader Bendamèche, a animé, à la salle Boukhari Mougari de l’Institut supérieur de musique, une conférence de presse sur le déroulement du Festival national culturel de la chanson chaabie. 

 

En sa qualité de commissaire de ce rendez-vous annuel sur ce genre musical ancestral, il a tracé les grandes lignes de son action. Ce festival, qui débute samedi 4 août pour se terminer vendredi 10 de ce mois, est aussi un concours où se présentent trente  et un candidats pour disputer trois prix. Ces candidats ont été sélectionnés, après trois demi-finales organisées à Alger, Jijel et Oran sur un total de deux cents jeunes chanteurs issus des diverses régions de ce territoire national. Les soirées du Festival sont divisées chacune en deux parties, la première réservée au passage des candidats et la seconde au récital de maîtres du chant chaabi. Ainsi, ce sera la talentueuse  voix de Kamel Bourdib qui est à l’affiche de cette soirée d’ouverture. Celle-ci est marquée aussi par l’interprétation du légendaire chant patriotique de Hadl M’hamed El-Anka, glorifiant le jour de l’indépendance. Abdelkader Bendamèche explique : «Nous célébrons cette année le cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie. Le premier chant dédié à ce grand jour a été conçu dans le genre chaabi par l’illustre Hadj Mhamed El-Anka. Cette œuvre admirable a été présentée de manière  solennelle le 31 octobre 1962 à la salle Majestic devant le président de la République et un prestigieux parterre d’invités de l’Algérie indépendante dont le grand défenseur de la liberté Ernesto Che Guevara. Nous allons interpréter magistralement ce chant patriotique de Hadj M’hamed El-Anka avec la participation sur scène des trente et un candidats.» Abdelkader Bendamèche a fait savoir que l’édition de cette année est la septième organisée depuis l’institution du festival en 2006. Des hommages sont rendus à chaque édition à des personnalités du monde du chant chaabi. Il a souligné : «Dans les années précédentes, nous avons honoré des figures illustres du chaabi, comme Hadj  M’hamed El-Anka, El-Badji, El-Hadj M’rizek, Hassen Saïd, Boudjema El-Ankis et même ceux qui viennent de nous quitter Abdelkader Guessoum et Abdellah Guettaf. Nous dédions cette septième édition entièrement au grand poète qui rayonne encore Sidi Lakhdar Benkhlouf, un homme extrêmement pieux qui a écrit des œuvres immortelles pour la poésie chantée.» L’évocation de ce poète du XVIe siècle sera permanente aussi bien dans les conférences que dans les concerts de chaabi où les  maîtres interpréteront des chants écrits par cet illustre poète soufi. Abelkader Bendamèche prépare d’ailleurs un volumineux ouvrage de six cents pages sur Sidi Lakhdar Benkhlouf et dont la parution est prévue pour la fin de décembre. Il termine la conférence de presse en donnant quelques informations sur  ce que sera  la huitième édition de ce festival programmée le 25 juillet  2013,  en disant que cette édition sera animée par les cinquante sept lauréats  du concours des sept précédentes.

Kamel Cheriti


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire