lundi, avril 30, 2012

Un mort et six blessés



Cinq jours après l’attentat à l’explosif ayant fait deux blessés aux Issers, la horde islamiste locale a recouru au même procédé, avec un bilan, cette fois, de six autres blessés dont un mortellement atteint, au centre-ville de Baghlia, à l’Est de la wilaya de Boumerdès.
Hier, vers 13h30, rien n’indiquait que ce centre urbain allait vivre un « énième » cauchemar. Une forte explosion ébranla brusquement la quiétude des citoyens qui vaquaient à leurs occupations.Dissimulée dans un endroit à proximité du siège de la daïra et d’une école primaire, la bombe a été apparemment actionnée à distance par un commando de l’ex-GSPC. Pas moins de six (06) blessés, dont un mortellement, ont été alors recensés. Les victimes, deux policiers et quatre civils, ont été évacuées rapidement vers l’hôpital de Dellys, a-t-on appris. La forte déflagration a laissé un profond cratère, alors que les vitres des maisonnettes voisines volèrent en éclats. « Je pense encore à ses enfants paniqués qui couraient dans tous les sens dans la cour de leur école au moment de l’explosion », témoigne un villageois. L’acte brutal d’hier rappelle à la population cette série d’attentats à la bombe perpétrés à Baghlia entre 2008 et 2010, avec plus d’une quinzaine de morts et plusieurs autres blessés. Le lieu du drame d’hier a été bouclé par un imposant dispositif de sécurité, et à l’heure où nous mettons sous presse, on y prélève encore des indices pour étudier le mode opératoire des auteurs de cet attentat, sommairement attribué à des éléments des Katibet El Anssar ou El Arkam encore en cavale.

Salim Haddou

{lang: 'fr'}

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire