lundi, avril 30, 2012

Le SNPSSP répond à Ould Abbès


Le bras de fer opposant le ministre de la santé, au syndicat national des praticiens spécialistes de santé publique (SNPSSP) n’est pas prêt de connaître son épilogue. Les médecins spécialistes de la wilaya d’Alger ont observé un rassemblement hier matin devant le ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière. « Ce rassemblement de protestation, est une manière de répondre à la déclaration du premier responsable du secteur, dans laquelle il a affirmé que le bureau national du SNPSSP est illégal en raison de l'expiration du mandat de l’actuel bureau en date du 13 mars dernier », a indiqué le président du SNPSSP au cours de ce rassemblement. « Notre bureau national est légal. Nous avons renouvelé les structures sur l’ensemble de wilayas du pays, et nous avons seulement reporté notre congrès pour le mois de mai prochain », a expliqué Dr Mohamed Yousfi, qui ajoute que « d’après la loi, si le mandat de notre bureau a expiré, le bureau national du SNPSSP a le droit d’activer dans les six mois qui suivent la date de l’expiration de son mandat ».
Ce syndicaliste a, dans ce sens, déploré le fait que « le ministère nous a empêché de nous réunir au niveau de la tutelle. Ce qui n’est pas le cas des corps communs de la santé affiliés à l’UGTA qui ont été invités mercredi passé à une réunion au niveau du département de Djamel Ould Abbés ».
Celui-ci a dénoncé le fait qu’il a été empêché d’accéder à la tutelle. «Malgré les intimidations et les mesures répressives, les médecins spécialistes poursuivent leur débrayage, qui a atteint un taux moyen de suivi d’environ 80%, et dans certaines wilayas, le taux de suivi a été même supérieur par rapport au premier jour», a noté la même source. Pour ce qui est de la déclaration du ministre dans laquelle le ministre a déclaré que «la justice a déjà tranché sur l’illégalité du mouvement de grève du SNPSSP, décrétant la grève illégale en raison de l’expiration de son mandat, Dr Yousfi a répondu que « jusqu’à l’heure actuelle nous n’avons pas été notifiés par la justice ». En outre, le président du SNPSSP a dénoncé «les instructions données par le ministère de santé aux directeurs de la santé de minimiser le taux de suivi de notre mouvement de grève».

Les médecins généralistes en grève aujourd’hui
Le secteur de la santé n’est pat prêt de sortir de la zone de turbulence, qu’il traverse depuis plus d’un mois. Les médecins généralistes ont décidé d’emboîter le pas au syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) qui est en grève illimitée depuis maintenant une semaine. Le syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) maintient son mot d’ordre d’une journée de protestation prévue aujourd’hui, d’autant que sa réunion avec le ministère de la santé, de la population et de réforme hospitalière s’est terminée avec un PV de non conciliation. La plate-forme de revendications soulevées par le SNPSP porte notamment sur « l’amendement du statut particulier, en vigueur depuis 2008, notamment en ce qui concerne le régime indemnitaire, l’attribution de logements de fonction incessibles et l’ouverture de nouveaux postes budgétaires pour les personnels de troisième grade ».

L.O.Challal

{lang: 'fr'}

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire