samedi, mars 31, 2012

ELECTIONS LÉGISLATIVES : 25.800 candidats en course pour l'APN

Dans le rendez-vous électoral de ce printemps, la tendance vers la féminisation des listes est respectée
Dans le rendez-vous électoral de ce printemps, la tendance vers la féminisation des listes est respectée
Maintenant, le corps électoral sait à quoi s'en tenir. Estimés donc à environ 21 millions d'électeurs, les votants, lors du scrutin législatif du 10 mai prochain, devront choisir parmi les 2053 listes des candidatures à l'Assemblée populaire nationale. Ce nombre englobe 1842 listes émanant des formations politiques et le reste au titre de listes des candidats indépendants. Elles sont 211 listes de candidats indépendants. Dans cette compétition, 44 partis politiques se positionnent sur la ligne de départ, après un processus de collecte des postulants à l'APN. Ce processus retient en tout, 25.800 candidats parmi lesquels on relève 7646 femmes. Un chiffre jamais enregistré, depuis l'apparition du multipartisme en Algérie.
L'intéressement de la femme à la chose politique est devenu visible notamment à la faveur de la nouvelle loi électorale adoptée par le Parlement. Une loi qui exige des partis un quota sur leurs listes électorales. Cependant, à voir la présence de la gent féminine dans cette élection, elles sont bien plus nombreuses par rapport au pourcentage prévu par la loi. Non seulement elles sont en force dans cette élection mais dans les listes de certains partis elles sont en haut de liste. Elles occupent des places éligibles. Elles ne servent pas simplement comme alibi pour faire du remplissage de listes. En effet, chez le Parti des travailleurs, les femmes représentent environ 50% et parfois plus dans certaines circonscriptions. Dans la majorité des situations, les militants et militantes sont classés par alternance. Onze femmes sont classées à la première loge dans 11 wilayas.
La plus jeune d'entre elles est âgée de 26 ans. Sous la bannière du Parti de la liberté de Mohand Saïd Belaïd, il y a une liste entièrement composée de femmes. Celle présentée dans la wilaya de Tissemsilt est exclusivement féminine. Dans le rendez-vous électoral de ce printemps, la tendance vers la féminisation des listes est respectée également à l'Alliance nationale républicaine. Parmi le collectif candidat de ce parti, on discerne notamment 50% de femmes dans la circonscription de Sétif et de 45% dans la capitale.
En outre, 3 femmes occupent les têtes de listes dans autant de wilayas. L'Union des forces démocratiques table, quant à lui, sur ses militantes pour son entrée dans la prochaine Assemblée nationale. Dans ce sens, la direction du parti de Noureddine Bahbouh enregistre le taux de 40% par rapport à l'ensemble des candidatures. Au total, il présente 46 listes dont 3 représentent l'Emigration. A Batna, Mascara, Mila et la circonscription du nord de la France, elles sont 4 femmes à conduire les listes de l'Ufds. L'âge des femmes au sein de cette nouvelle formation varie de 27 à 45 ans. Les partis islamistes, eux non plus, n'ont pas omis de draguer les femmes en vue de cette élection. Le fondateur du Front pour la justice et le développement, Abdallah Saâd Djaballah, regrette, dans une de ses sorties médiatiques, le peu de mobilisation et d'engagement de la gent féminine en faveur de sa formation politique fraîchement agréée. Pour montrer sa «bonne foi», il n'hésite pas à désigner sa conjointe tête de liste du FJD dans la circonscription d'Alger. Par ailleurs, la collecte est loin d'être une simple formalité pour les partis en lice, puisque la constitution des listes a été une épreuve pour l'ensemble des partis politiques. Le classement des candidats a induit des crises sans précédent, y compris chez les anciens partis. Le cas du FLN est le plus patent. Le RND n'est pas loin de la situation vécue par l'ex-parti unique. Le RND a évincé de sa liste la présidente de l'Union nationale des femmes algérienne (Unfa), Noria Hafsi qui a décidé de soutenir toutes les femmes candidates quelles que soient leurs appartenances politiques et les circonscriptions où elles se portent candidates.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire