samedi, mars 31, 2012

DES MORTS ET ENCORE DES MORTS SUR NOS ROUTES : Le carnage n'en finit pas

Il est triste de comptabiliser régulièrement sur nos colonnes le bilan macabre de morts et blessés sur nos routes, aussi est-il temps de sonner l'alarme mais en s'interrogeant sur les causes cachées que transbahutent de nombreux chauffards «malgré eux».
«Malgré eux», car ne sommes-nous pas en droit de nous interroger (sérieusement) sur l'octroi des permis de conduire, «de tuer» dirions-nous. Les écoles de conduite sont-elles incompétentes? Les examens de conduite sont-ils «truqués» ou si faciles à réussir? Y a-t-il des dessous de «pots-de-vin»? Au vu des nombreux jeunes qui en sont victimes, faut-il revoir l'âge de passer le permis? Moult questions nous traversent l'esprit. Leurs réponses restent difficiles à trouver, tant l'opacité est de règle dans ce domaine. Candidats au permis, moniteurs, inspecteur d'examen se rejettent tous la balle. Même le département des travaux publics est pointé du doigts quant aux imperfections des chaussées, au demeurant réelles dans de nombreux cas.
Toujours es-t-il que pas moins de trente sept personnes ont trouvé la mort et 746 autres ont été blessées dans 601 accidents de la circulation routière survenus durant la période allant du 15 au 28 mars 2012, a indiqué jeudi un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (Dgsn).
Au cours de cette courte période de deux semaines à peine, le nombre des décès a augmenté de 19 cas par rapport au bilan enregistré du 1er au 15 mars, au même titre que celui des blessées qui a connu une hausse de 151 cas et celui des accidents qui ont atteint le nombre lugubre de 86 constats.
Rien que pour la journée de jeudi, 22 accidents de la circulation routière, dont 6 mortels, ont été constatés par la GN à travers 18 wilayas. Les accidents mortels ont eu lieu dans les wilayas de Chlef (commune de Boukadir), Tlemcen (Remchi), Béchar (Igli), Ourgla (M'Naguer) et de Souk-Ahras (Drean), a précisé la Gendarmerie nationale.(GN). La cause principale de ces accidents demeure le facteur humain avec 95,93%. A l'occasion de la fin des vacances scolaires de printemps, la Dgsn a réitéré son appel aux usagers de la route, notamment les conducteurs, de respecter le Code de la route et d'éviter l'excès de vitesse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire