mardi, février 28, 2012

LA CONFÉRENCE EST REHAUSSÉE PAR L'AMBASSADRICE D'AUTRICHE : Les amis de Mustapha Müller évoquent sa mémoire

Sur initiative de l'association des Amis du Tassili et Machaâl Echahid, la vie et le parcours du militant de la cause algérienne Mustapha Muller, ont été évoqués, à Alger en lui rendant un hommage. Ainsi, le personnage de Mustapha Müller a été disséqué pas ses amis et compagnons de lutte pour l'indépendance de l'Algérie. Mustapha Müller ou Winfreid Müller, pour ceux qui ne le connaissent pas, est un Autrichien d'origine avant de prendre la nationalité algérienne après 1962.
Le forum d'El Moudjahid a été une occasion pour la nombreuse assistance de voir défiler une pléiade de personnalités devant le micro pour évoquer le combat, le moins que l'on puisse dire, élogieux, de l'illustre ami du peuple algérien, Winfreid Müller durant la guerre menée contre le colonialisme.
En quittant son pays l'Autriche, Winfreid Müller est entré en Algérie en 1956 en provenance du Maroc. Aux frontières de l'ouest algérien, il a été présenté au colonel Boussouf qui a été convaincu de l'engament sincère et entier de l'Autrichien. Le colonel de la Wilaya 5 historique a fini par l'accepter dans ses rangs. C'est ainsi que Mustapha Müller a commencé sa lutte pour l'indépendance de l'Algérie, en mettant à profit son expérience militaire acquise durant la dernière Guerre mondiale. Boussouf était au ministère de l'Armement et des Liaisons générales (Malg).
A ce propos, un message de reconnaissance du président du Malg, Daho Ould Kablia, sur le parcours de Müller a été lu par le colonel Hocine Senoussi, membre également de la même association. La vie de Mustapha Müller a été jalonnée de luttes incessantes. D'abord, il a été légionnaire durant la Seconde Guerre mondiale, à côté de l'un de ses amis les plus proches, Reimar Holzinguer en l'occurrence dont le fils était présent parmi l'assistance. Reimar Holzinguer est venu en Algérie comme soldat et s'y est installé à l'Indépendance. Le chercheur Sid Ahmed Kerzabi a fait un long exposé sur le militant de la cause algérienne, puisqu'ils ont travaillé ensemble après 1962 dans le secteur de l'environnement des forêts. «C'est une manière à Muller d'apprécier l'Indépendance, en s'impliquant directement dans la recherche des espèces et la reconstitution des forêts décimées par le feu durant la guerre», fera-il savoir. Selon l'orateur, Mustapha Müller n'a pas apprécié l'espèce d'arbre choisie pour la réalisation du barrage vert dans les années 1970. «Il a voulu, par contre, diversifier les espèces à planter. En cas de maladie, toute la ceinture verte serait anéantie», argumentait-il. Par ailleurs, les initiateurs de cet hommage veulent organiser un pèlerinage à Tamanrasset où se trouve la sépulture de Mustapha où une stèle sera probablement érigée à l'occasion de 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie. L'Ambassadrice d'Autriche, Aloisia Wörgetter, a souligné dans une brève déclaration, l'engagement et le militantisme de Mustapha Mûller. «Mustapha Müller a vécu jusqu'au bout avec ses convictions», a-t-elle affirmé. Parlant du rôle joué par Mustapha Müller après l'Indépendance dans la préservation de la faune et la flore en Algérie, notamment dans les montagnes du Hoggar, Ali l'Allemand, précisera dans son témoignage: «C'est grâce à Mustapha qu'a été sauvé le sapin méditerranéen, en trouvant des graines, environ 200, de cette espèce dans une grotte du Hoggar.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire