lundi, janvier 30, 2012

Sit-in des inspecteurs de l’enseignement primaire devant l’académie


Près d’une trentaine d’inspecteurs de l’enseignement primaire ont observé, hier, un sit-in devant la direction de l’éducation de Tizi-Ouzou. Ils revendiquaient, une fois de plus, la révision de leur statut particulier.
Selon les inspecteurs présents sur place, et à travers leur représentant, " les inspecteurs de l’enseignement primaire de la wilaya de Tizi-Ouzou subissent des pressions, suite notamment à leur refus d’accomplir des tâche qui ne leur sont pas dues ". C’est pour cette raison qu’ils ont tenu à organiser un sit-in devant le siège de la direction de l’éducation. " Nous ne réclamons que l’application de la loi et que l’on se réfère à celle-ci afin de déterminer la réelle mission des inspecteurs du cycle primaire, qui n’est que pédagogique ". Car, selon eux, les tâches administratives qu’on leur a imposées " ne sont pas de nos prérogatives ". C’est d’ailleurs pour cette raison, ajoute notre interlocuteur, " que nous avons appelé au boycott des tâches administratives. Et l’appel à la grève a bien été suivi". Un état de fait auquel " le premier responsable de la direction de l’éducation a répondu par des rappels à l’ordre écrits, voir même de menaces à l’encontre de certains inspecteurs ", ajoute-t-il. Hier, au cours du rassemblement auquel ont pris part certains inspecteurs et inspectrices de l’enseignement primaire, des slogans exprimant leur " ras le bol " ont été affichés ça et là. Sur les banderoles qu’ils ont disposées à l’entrée de l’académie locale, on pouvait notamment lire " Non à l’humiliation des inspecteurs, nous réclamons une classification juste ", " les inspecteurs tirent la sonnette d’alarme ". Mais aussi " non aux dépassements administratifs, nous sommes pour le dialogue ", et bien d’autre slogans hostiles au responsable du secteur. Ils ont, par ailleurs, profité de la même occasion pour réitérer les revendications des inspecteurs de l’enseignement primaire à travers tout le territoire national. Ces derniers, qui n’ont pas cessé d’alerter l’opinion publique sur ce qu’ils jugent être " une injustice de la part du ministère de tutelle ". Par cette action, les protestataires rejettent le récent avant-projet de loi du statut particulier des corps spécifiques de l’éducation nationale. Ce dernier, est source de " sous classification de l’inspecteur ". Etant donné qu’il " fait dans la distinction entre les inspecteurs du secteur ", nous explique-t-on. Ils contestent, aussi, et en plus de la nouvelle classification de cette corporation issue de l’avant-projet de la loi fondamentale des travailleurs du secteur de l’éducation, l’absence de moyens " pour un meilleur exercice de leur fonction ". Pour rappel, un rassemblement semblable, initié par les inspecteurs a été tenu au début de l’année au même endroit, pour des revendications similaires.

T. Ch.

{lang: 'fr'} tweet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire