mardi, janvier 31, 2012

"Non à la démolition de la maison de Taous et Jean Amrouche !"



Le Café littéraire de Béjaïa déclare dans un communiqué de presse publié hier " adhérer pleinement à la courageuse décision prise par l’association culturelle Taos et Jean Amrouche d’Ighil-Ali d’organiser un rassemblement devant le siège de la wilaya, aujourd’hui à 10h00, pour "exiger l’arrêt immédiat des travaux de démolition" dont se serait rendu coupable son indu occupant au mois de septembre 2011."
Les rédacteurs du communiqué regrettent que " les protestations publiques de l’association et la mobilisation de la population d’Ighil Ali, les pouvoirs publics continuent à louvoyer tout en se réfugiant dans un silence complice, fermant cyniquement les yeux devant un acte de destruction d’un patrimoine culturel immobilier d’une haute valeur symbolique ", précisant que la maison des deux illustres intellectuels, Taos et Jean Amrouche en l’occurrence, que leurs parents Fadma et Belkacem, ont construit au début du XXè siècle au prix d’un grand sacrifice et que pouvait d’ailleurs attester l’acte notarié des " hypothèques de Bougie transcrit en 1923. "
La Café littéraire de Béjaia rappelle dans son document qu’au lendemain de l’Indépendance, en 1963, " cette maison fut indûment occupée et le restera à ce jour ", estimant que " la récupération du bercail légendaire des Amrouche, voulue depuis belle lurette par leur descendance, nécessite néanmoins un grand et long combat. "
Dans le même document, il est souligné que " ce statu quo a toujours été favorisé par des complicités au sein des institutions de l’Etat. Une attitude qui s’explique par la volonté délibérée d’annihiler la culture algérienne authentique en lui substituant une culture festivalière artificielle, médiocre, budgétivore et contre productive ".
Une situation, insiste-t-on, qui doit impérativement changer. " Après cessation des travaux de démolition et récupération de la maison séculaire des Amrouche, il sera sans doute question de son classement comme patrimoine national pour qu’elle demeure à jamais un " mémorial pour tous les Algériens ", selon le vœu le plus cher de l’association Taos et Jean Amrouche d’Ighil-Ali, espère-t-on. Amen !

D.S.

{lang: 'fr'} tweet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire