samedi, décembre 31, 2011

PÉNURIE DE MÉDICAMENT, DE LAIT ET D'ESSENCE : Les crises se multiplient et se ressemblent

C'est devenu récurrent. Les crises se multiplient à longueur d'année. Après le médicament, le lait et l'essence marquent l'actualité à l'intérieur du pays.
La filière lait renoue avec la pénurie ces derniers temps. Les opérateurs laitiers affiliés à la Confédération des industriels et producteurs algériens (Cipa) ont tiré la sonnette d'alarme récemment sur une éventuelle crise du sachet de lait à travers le pays.
A Tizi Ouzou et à Béjaïa, le produit se fait désirer. Les producteurs se plaignaient de l'insuffisance des quantités distribuées par l'Office interprofessionnel du lait. Pour venir à la rescousse, l'office s'est réuni en urgence pour déloquer la situation. Ce problème démontre une nouvelle fois l'inefficacité des dispositions prises par le gouvernement lors de la dernière crise du lait qui remonte moins de six mois.
Dans un communiqué rendu public, la Cipa a estimé qu'il est impératif de lancer une véritable réflexion en vue de réglementer l'activité laitière, pour apaiser quelque peu les inquiétudes légitimes des producteurs et transformateurs de lait, qui ne trouvent toujours pas leurs repères depuis la réorganisation de la filière lait.
La Cipa déplore le fait que le quota de poudre de lait accordé mensuellement par l'organisme régulateur soit en deçà de la capacité de production de l'unité de transformation.
A Béjaïa, les unités de production sont restées à l'arrêt pendant dix jours. Ce n'est qu'après la réunion de l'Office interprofessionnel du lait que l'activité de production a repris. Par ailleurs, on relève une autre pénurie à l'Ouest.
Les stations d'essence sont à sec depuis plusieurs jours. Les automobilistes se retrouvent complètement paralysés. Des files interminables de véhicules sont observées devant les stations d'essence à Oran. La pénurie de carburant a gagné plusieurs wilayas de l'ouest du pays, notamment Chlef, Mostaganem, Sidi Bel Abbès et Tlemcen.
A Tlemcen, le manque de carburant dure depuis plus d'une semaine. L'entreprise Naftal est à l'origine de cette tension. Celle-ci n'a pas approvisionné ses stations en carburant depuis plusieurs jours.Le chargé de communication au sein de l'entreprise, M.Cherdoud, explique que cette situation a été «engendrée par l'effet de la consignation des ports, depuis une huitaine, en raison des intempéries». Selon lui, les tankers ne peuvent nullement accoster aux ports afin d'effectuer les déchargements. Néanmoins, la situation est en cours d'amélioration et, depuis deux jours, l'approvisionnement des stations a repris et cette pénurie prendra fin dans les tout prochains jours». Il y a à peine deux mois, le médicament a provoqué une véritable crise au sein de la Pharmacie centrale des hôpitaux.
Le gouvernement a tenu en urgence un conseil interministériel pour régler cette problématique. La liste des pénuries ne cesse de s'allonger. Les billets de banque, les timbres fiscaux, les chèques, les formulaires du 12S et la semoule sont autant de produits qui se font désirer.... La pénurie s'installe dans la durée en s'attaquant à tour de rôle aux produits de première nécessité. Ces crises récurrentes confirment une fois de plus l'échec de la gestion du gouvernement.
Devant l'absence d'une vision à long terme, l'Exécutif passe son temps à colmater avec des mesures provisoires dont les conséquences sont lourdes pour le budget de l'Etat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire