jeudi, juillet 28, 2011

Traitement et consultation gratuites à partir du 1er août

Avantage n Les assurés sociaux déjà bénéficiaires du système du tiers payant, peuvent, à compter du 1er août, avoir leurs médicaments gratuitement au niveau de n?importe quelle pharmacie conventionnée avec la Cnas, implantée au niveau de leur wilaya.
Le responsable de la direction dela Caisse nationale de sécurité sociale (CNAS) de la wilaya de Tipasa, qui couvre la wilaya de Tipasa et une partie Ouest de la wilaya d?Alger, Tayeb Bounedjar, a confirmé hier lors d?une rencontre consacrée à la carte Chifa que celle-ci sera mise en service à partir du 1er août au profit deplus de 314 289 assurés sociaux concernés et leurs ayants droit.
Ainsi, donc, les affiliés à la Cnas concernés pourront à compter du 1er août utiliser leurs cartes Chifa pour leurs prestations médicales.
Cette carte ne concernait au début de son lancement que les retraités et lesmalades chroniques, «elle concerne aujourd?hui tout assuré social actif et son ayant droit».
Et les cartes Chifa déjà établies en 2008 seront mises à jour en quelques minutes, selon ce responsable qui a évoqué cependant des contraintes, dont une certaine inconscience quant àl?importance de cette carte pour l?assuré et son ayant droit et la lenteur de dépôt des dossiers. «Les patients bénéficient gratuitement de médicaments avec le droit d?avoir pas plus de 3 ordonnances durant un trimestre, n?excédant pas la somme de 2000 Da chacune.
Dans le cas échéant,il peut acheter son médicament et se faire rembourser par la voie classique.» La carte Chifa permettra également au patient assuré social de bénéficier de consultations médicales gratuites auprès de leurs médecins traitants conventionnés (généralistes ou spécialistes) qu?ils auront pareux-mêmes choisis.
Dans ce sillage, M. Bounedjar nous a révélé que les résultats du conventionnement au niveau de sa circonscription qui couvre de Draria à Damous sont modestes suite à la réticence des médecins par rapport aux honoraires proposés par la Cnas, notamment au niveau deszones urbaines et les grandes villes où, à ce jour, seuls 17 médecins sont conventionnés avec la Cnas sur les 400 que compte cette circonscription, toutes spécialités confondues.
Le directeur a insisté sur le fait que ces médecins estiment qu?ils perdraient sur le plan tarifaire, «car onleur propose des honoraires en-deçà de ceux appliqués.
Mais ils doivent savoir qu?ils vont gagner sur le plan masse.
Nous avons 60 000 retraités.
Alors, imaginez combien de patients et leurs ayants droit feront partie de la clientèle de ces médecins», a-t-il repris, en nous informantde la création d?un comité de suivi pour le dialogue avec les médecins, leur sensibilisation et leur implication par le conventionnement.
En outre, ce responsable a souligné : «Nous sommes très soulagés de constater l?implication massive des médecins dans certaines localités éloignées,comme Gouraya et l?Ouest de la wilaya de Tipasa.
Certaines ont enregistré un taux de 100% de conventionnement.
Les médecins appliquent des tarifs qui se rapprochent de ceux cités dans la convention.
Soit 250 Da par patient.», S. L

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire