vendredi, juillet 29, 2011

L?ONAT oublie de payer ses dettes aux médias

, Ce n?est pas tout que de proclamer à tout-va que l?Algérie promeut le tourisme.
Encore faut-il avoir une vraie politique en la matière.
Effectuer un travail de longue haleine au pays et surtoutcommencer par être crédible à l?international.
Ce qui ne semble pas le cas de l'ONAT.
Ainsi, l?Office national du tourisme (ONAT) est pointé du doigt par des créanciers qui attendent d?être payés par cet organisme étatique algérien censé vanter l?image de l?Algérie àl?étranger. Dans un article publié par le site tourmag.com. il est reproché à l?ONAT de ne pas avoir payé des professionnels du tourisme chargés de la promotion de la destination Algérie.
Coût de la prestation ? 100 000 euros.
Les faits, En 2009, une campagne de promotion de sonsalon le Sitev est menée par l?office "notamment Tarik El Kebir, conseiller du directeur général", sur la presse française.
Objectif : relancer le tourisme en Algérie.
Seulement, selon les rédacteurs de l?article publié dans ce portail spécialisé dans le tourisme, l?ONAT est unmauvais payeur, depuis cette date, "malgré des relances successives, les médias en sont encore pour leur frais...".
Coup de colère donc contre notre promoteur national du tourisme : "Que penser d'un pays qui, au plus haut niveau, contracte des dettes qu'il ne règle pas ?
Que penser d'unpays qui vient parader chaque année à Top Resa et organise un Salon international à Alger, le tout pour plusieurs centaines de milliers d'euros, alors qu'il "balade" depuis des mois les petits créanciers français ?" s?interrogent les rédacteurs.
Malgré toutes les démarches auprès del?ambassadeur à Paris et de la direction de l?Office, rien n?y fit.
Toutes les promesses de règlement sont demeurées vaines.
Les médias fédérés sous la houlette d'Alain Quéré (Voyages Plus) donnent un délai jusqu?à septembre prochain.
Faute de quoi menacent les professionnels desmédias, "des actions sont envisagées.
Par exemple, le commandement d?un huissier qui saisira l?ensemble du mobilier du stand algérien à Top Résa".
Les Affaires étrangères françaises déconseillent notre pays, Cette histoire de non-règlement de créances par l?ONAT ne faitqu?assombrir encore un peu plus un tableau qui l?est déjà assez.
Pourtant ce n?est pas l?argent qui manque ! Sur le plan sécurtaire, l'image de notre pays ne semble pas s'améliorer non plus.
Il y a quelques jours c?est le ministère français des Affaires étrangères qui déconseillaitencore une fois à ses ressortissants notre pays.
Dans une note datée du 25 juillet on peut lire : « En raison des menaces actuelles dans la zone sahélienne, il est recommandé aux Français résidents ou de passage d?éviter tout déplacement dans les régions de Djanet et de Tamanrasset,même dans le cadre de circuits organisés par des agences agréées.
L?enlèvement d?une ressortissante italienne, au cours d?activités touristiques au Sud de Djanet, le 2 février 2011, souligne la réalité du risque d?enlèvement dans ces régions frontalières du Sahel.
Auparavant,l?enlèvement de 7 étrangers dont 5 Français au Niger, au Sud de l?Algérie, avait déjà démontré la volonté des groupes terroristes de perpétrer ce type de crimes.
Cette volonté reste plus forte que jamais.
Dans le nord du pays, le risque terroriste reste élevé.
Plusieurs actionssont enregistrées chaque semaine.
Alors en vrai, lancer des campagnes publicitaires à coup de dizaines de milliers d'euros dans les capitales européennes pour vanter la destination Algérie, c?est un peu mettre la charrue avant les boeufs.
Car a-t-on réellement les moyens humains etmatériels pour accueillir les touristes européens dans les standards offerts par nos voisins (pour ne pas aller loin) ?
Assurément non.
Commençons d'abord par le début.
Yacine K.
Lien :http://www.tourmag.com/Algerie-l-Office-du-Tourisme-oublie-de-regler-ses-dettes-aux-medias_a46137.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire