mardi, avril 05, 2011

Lorsque Meghni, Guedioura, Kadir, Ziani, Bouguerra, Halliche et Matmour reviendront,Le général aura l'embarras du choix

Lorsque Meghni, Guedioura, Kadir, Ziani, Bouguerra, Halliche et Matmour reviendront,Le général aura lembarras du choix

Mansouri Faouzi : «Sans préparation, ça sera difficile au Maroc même avec des joueurs chevronnés» > Yahi : «C'est la stratégie qui déterminera tout» > Korichi Noureddine : «C'est plutôt cette envie de gagner et l'esprit du groupe qu'il faut garder au Maroc» > Bouali : «Avec les joueurs d'expérience, logiquement, on sera meilleurs»

On a beau parler du match Algérie-Maroc (1-0) qui s'est joué dernièrement à Annaba, plusieurs observateurs ne se sont pas abstenus de critiquer la manière de jouer des Verts. Pourtant, ce jour-là, ceux qui étaient sur le terrain ont fait preuve tout le long des 90 minutes d'une rage de vaincre, rien que pour arracher les trois points de la victoire.

Ceux qui ont critiqué les Verts ne se sont peut-être pas rendu compte qu'il manquait au minimum 5 joueurs clés dans l'effectif de cette journée. Sans compter les Meghni, Guedioura, Kadir, Ziani, Bouguerra, Halliche et Matmour que auraient donné le plus escompté lors de cette rencontre. Mais ceux qui ont pris part à cette rencontre n'ont pas démérité, ils ont prouvé qu'ils étaient là, qu'il était possible (largement) de compter sur eux et qu'ils sont capables de relever le défi. Maintenant que le match retour est déjà annoncé, les préparatifs vont bientôt commencer. C'est surtout le sélectionneur national Abdelhak Benchikha qui sera obligé de se casser la tête pour avoir l'équipe qui défiera les Lions de l'Atlas à Casablanca le 4 juin prochain. Certes, Benchikha aura l'embarras du choix avec le retour des cadres et des joueurs blessés, mais les éléments, qui ont pris part au match d'Annaba, méritent également une seconde chance au match retour. Qui faut-il sacrifier alors,! quelle sera la stratégie du coach pour avoir l'équipe idéale le 4 juin prochain ? Les spécialistes qu'on a contactés ont des avis différents. En se mettant dans la peau du sélectionneur, chacun a sa vision de la situation au match retour.

Mansouri Faouzi : «Sans préparation, ça sera difficile au Maroc même avec des joueurs chevronnés»

«Au match retour face au Maroc, il y aura certainement d'autres données qui vont surgir. Pour l'équipe nationale algérienne, avant de parler du retour de certains titulaires qui ont fait défaut au match aller pour blessures ou indisponibilité, il faut être sûr que le jour du match ils seront compétitifs. Si le sélectionneur national aura le choix, je dirais qu'il serait le seul apte à choisir l'effectif le plus adéquat. Il y aura aussi l'objectif de l'équipe le jour du match, si le sélectionneur vise la victoire ou le match nul, cela aussi aura son impact sur l'effectif qui sera choisi. Il ne faut pas oublier que le match retour face au Maroc se jouera au mois de juin, ce qui laisse croire que les joueurs seront en fin de saison avec leurs clubs, on ne sait pas encore dans quel état ils seront.

Le plus important, à mon avis, lors du match retour, serait la préparation, si le sélectionneur national n'aura pas l'occasion d'avoir un stage ou une préparation d'ici là, ça reste difficile.

Est-ce que le sélectionneur Benchikha aura le temps de préparer ce match retour ? La question reste posée, en référence au match aller. Il manque beaucoup de cohésion dans cette équipe, même s'il faut avouer qu'il y avait 5 ou 6 nouveaux joueurs. Mais au match retour, pour avoir la possibilité de revenir avec un résultat positif, il faut d'abord penser à préparer l'équipe à mieux jouer, ça sera encore un match décisif pour les deux équipes et la pression sera de taille.»

Yahi : «C'est la stratégie qui déterminera tout»

«A mon avis, c'est un peu tôt pour parler de l'effectif qui jouera le match retour contre le Maroc. Benchikha est payé pour cette mission. Le sélectionneur vit avec les joueurs, il sait très bien, mieux que n'importe quel autre que ce soit par rapport à l'état d'esprit ou alors la forme de ses joueurs. Pour les gens de l'extérieur, comme nous, je vois personnellement que l'expérience sera l'option la plus plausible. Je pense qu'on a les moyens et l'expérience. Au match aller, il faut le dire, la situation de l'équipe était délicate

. La première des priorités était le résultat. A ce moment-là, il ne fallait pas demander le beurre et l'argent du beurre. Notre équipe nationale s'en est très bien sortie de cette mission, elle s'est relancée dans la course pour la qualification. Même pour le match retour entre les deux sélections qui se tiendra au Maroc, à mon avis, il ne faut pas chercher midi à quatorze heures, il faut rester dans la philosophie des 3 points, car le match retour sera également serré et décisif pour la qualification. La pression pour la qualification existe toujours, c'est après qu'il faut voir plus la situation et améliorer l'équipe du côté rendement et manière de jouer. Tout dépendra de la stratégie.

Je cite, dans ce sens, l'exemple Mourinho, lorsqu'il a décidé de gagner la Ligue des champions d'Europe avec l'Inter de Milan, il a mis la manière de jouer de côté, il ne pensait qu'au résultat, et il a atteint son objectif par rapport à la stratégie. Tout cela parce qu'il n'avait pas les joueurs qui pouvaient garantir le beau jeu, comme le fait Barcelone actuellement. Pour revenir à l'équipe nationale d'Algérie, je dirais que la situation est difficile. Il y a un manque de préparation pour le groupe, même pour choisir les joueurs pour le match retour face au Maroc, il faut attendre le moment et faire un bilan par rapport aux joueurs disponibles.»

Korichi Noureddine : «C'est plutôt cette envie de gagner et l'esprit du groupe qu'il faut garder au Maroc»

«Avant d'aller jouer ce match retour face au Maroc, à mon avis, il faut bien s'en servir du match aller, le dernier à Annaba. On a vu que le point positif était l'esprit des joueurs, la motivation, l'engagement, tout cela il faut les garder au match retour. Il ne faut pas oublier que les Marocains ont déçu aussi à Annaba, tout le monde dit qu'ils ont des qualités plus supérieures à ce qu'on a vu.

Donc, il faut se méfier d'eux au match retour. Pour moi, le match retour sera complètement différent. On jouera dans un autre contexte, mais on sera dans la même situation. Même au Maroc, on n'aura pas le droit à l'erreur. La force de notre équipe serait certainement l'esprit de solidarité du groupe. Je m'attends personnellement à ce qu'on aura une équipe meilleure. Il y avait beaucoup de défaillances lors de la précédente rencontre, mais avec le retour des habitués, tels Ziani, Matmour, Bougherra, Halliche, ou alors Meghni et Guedioura, l'équipe sera encore meilleure, que ce soit sur le plan expérience ou sur le plan individuel.

Maintenant, il faut que le sélectionneur choisisse, s'il souhaite reposer sur les mêmes éléments ou alors changer, s'il va attaquer ou jouera-t-il les contres. Car là aussi, il ne faut pas oublier que même le match du mois de juin sera aussi décisif pour les deux équipes. On a vu lors du dernier match d'Annaba que jouer derrière avait déstabilisé les Marocains. Est-ce que ça serait efficace de faire de même au match retour ou aller provoquer les Marocains dans leur zone, puisqu'il y aura d'autres éléments en attaque du côté algérien qui peuvent être dangereuse.»

Bouali : «Avec les joueurs d'expérience, logiquement, on sera meilleurs»

«Il faut être à la place du coach pour comprendre la difficulté de faire un choix par rapport à une sélection et la veille d'un match aussi décisif comme celui de l'Algérie face au Maroc. Pour ce qui est du match retour, je dirais qu'il faut prendre les bonnes choses de ce qu'on a vu à l'aller et essayer de les garder au retour. Avant de parler de l'effectif, il y a un élément très important, celui de l'esprit d'équipe.

A mon avis, c'est le plus qui a fait la différence dans le match d'Annaba. C'est difficile de gérer une situation comme celle de l'Algérie, car à chaque fois, on fait des commentaires. Lorsque l'équipe ne gagne pas, on se demande comment se fait-il qu'on ne réussisse pas à avoir des résultats. Mais quand l'équipe gagne, là on trouvera autre chose, la manière de le faire.

A mon avis, ce n'est pas en changeant X ou Y qu'on va améliorer la façon de jouer, c'est toute la préparation et les entraînements qui précèdent le match qui seront déterminants. Au match retour face au Maroc, il pourrait bien y avoir d'autres joueurs plus expérimentés, mais il faut attendre le jour du match retour pour voir la forme exacte des joueurs. A partir de là, il faut bien sûr choisir les plus en forme et les plus préparés pour ce genre de match, car il faut s'attendre également à un match décisif. C'est tout à fait normal que s'il y aura du beau monde, le sélectionneur national aura plus de choix possible.»

 

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire