mercredi, novembre 24, 2010

Algérie: Le scandale des familles sans-abri

Les Sans Domicile Fixe (SDF), voilà un terme qui choque plus d'un. Cette déshonorante appellation d'une personne ou d'une famille qui, faute d'avoir un toit comme tout le monde, se retrouve malgré lui ou elle à la rue dans un automne très froid. Aujourd'hui, elles sont plus de 1000 familles SDF, a erré dans les rues d'Alger.

Sans un toit digne de ce nom, ces ménages ont été forcément expulsés de leurs domiciles. Aujourd'hui, leurs enfants errent tout le temps dans les rues, privés même de leur enfance. Il s'agit là de plus de 3 000 enfants qui souffrent de cette situation. Au lieu d'avoir un abri chaud surtout avec la période de froid qui s'abat ces derniers jours sur Alger, ces enfants remplissent leur temps à errer dans les places publiques. Ces anges sont, malheureusement, marginalisés par la société, devant un travail peu apprécié du SAMU. Certes, plusieurs équipes du SAMU tentent bien que mal d'apporter leur soutien à ces centaines de familles marginalisées, mais malgré toutes ces procédures, voire ces aides, la situation de ces ménages demeure toujours catastrophique. Prenons l'exemple du SAMU de Dély Ibrahim ; ce dernier est très mobile sur le terrain.

Des repas chauds, généralement des plats de lentilles accompagnés par des oranges et quelques baguettes de pain sont quotidiennement offerts pour les familles SDF. Certes, une très bonne initiative de la part du SAMU. Toutefois, cela ne représente rien devant les attentes de ces centaines de familles. Cela dit, les parents SDF veulent un toit qui protège leurs enfants du froid glacial qui persiste ces derniers temps sur la capitale. Sans cette toiture, les choses s'aggraveront davantage pour ces parents qui souffrent en silence, d'autant plus que leurs petits enfants arrivent mal à vivre comme les autres enfants qui sont à l'abri du froid.

Un SDF est celui qui a rompu totalement ses liens avec la famille et la société pour se retrouver sans toit, ni travail. Ces malheureux sont considérés comme des marginaux par la société. Ces oubliés de l'Algérie sont condamnés à vivre dehors sept jours sur sept. Nuit et jour ; ils doivent lutter contre la canicule durant l'été, le froid glacial, la faim, ceci sans aucune perspective d'avenir. Ce sont des personnes en détresse psychologique car ayant perdu tout moyen de réintégrer la société. Le SAMU intervient pour accomplir sa mission salutaire, à savoir tenter de secourir les misérables qu'hébergent les rues d'Alger. Ainsi, le SAMU a une double mission.

Les interventions dans la rue effectuées quotidiennement par les équipes mobiles, et le secours psychologique, social et médical, dans le cas où ces personnes se trouveraient en détresse sociale, mais aussi en cas d'urgence médicale. Ils sont placés dans ce cas dans un centre, ou ramenées dans leurs familles quand cela est possible. Le SAMU social a pour rôle d'aider les SDF à affronter l'adversité. Il accompagne ces malheureux aux centres de transit qui recueillent les sans-abri durant quatre à cinq jours avant de les ramener chez eux s'il y a lieu, ou encore les casent dans des centres d'accueil. Hommes, femmes, et de plus en plus d'enfants occupent les rues d'Alger, il est difficile de les dénombrer. A Alger, il y a plus de 1 000 personnes qui souffrent de cette situation, alors que 20% viennent d'autres wilayas.

Les jeunes viennent dans la capitale pour y rechercher du travail, malheureusement ils se retrouvent piégés : pas de travail bien sûr et plus de toit. C'est le cas de B. Achour. Un jeune de 30 ans, natif de Béjaïa qui est à la rue depuis plus de six mois. Les rues d'Alger accueillent ces «vagabonds» d'un nouveau genre, de tous âges et des deux sexes. L'année dernière il a été enregistré 1 364 sans-abri, selon une source proche du SAMU. Ce chiffre témoigne, à lui seul, de l'ampleur de ce drame qui dévoile la face cachée d'Alger. Alors combien de temps encore pour qu'enfin ces familles retrouvent leur chemin, voire leur droit, celui d'avoir un toit digne dece nom ?

source: Le jour d’algerie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire