jeudi, octobre 28, 2010

Installation du groupe parlementaire d'amitié algéro-européen

Intervenant à cette occasion, le vice-président de l’APN a indiqué que l’installation du groupe parlementaire d’amitié s’inscrit dans le cadre du « renforcement de la diplomatie parlementaire entre les deux parties » et traduit « la volonté de nos élus de développer un dialogue parlementaire avec leurs homologues européens, dont les prérogatives ont été renforcées par le Traité de Lisbonne ». Le groupe parlementaire d’amitié algéro-européen « rapprochera davantage les deux Parlements, ce qui sera d’un grand apport pour l’Algérie, notamment concernant la révision de l’Accord d’association avec l’UE », a souligné M. Chihab.

« Il y aura avec l’installation de ce groupe un rééquilibrage des relations au profit des deux parties », a-t-il ajouté.

De son coté, l’ambassadrice, chef de délégation de l’UE en Algérie, Laura Baeza, a souligné que « les relations entre l’UE et l’Algérie s’inscrivent dans la durée » et, de ce fait, « il est important que les parlementaires européens et algériens se rencontrent pour échanger leurs points de vue et se concerter pour stimuler ces relations ». Le groupe parlementaire sera un cadre favorable à « la multiplication de rencontres et contacts directs rapprochant les élus et contribuant beaucoup à faire avancer les dossiers », a-t-elle dit.

S’agissant de la politique de coopération de l’UE, elle a mis en exergue le rôle du Service européen pour l’Action extérieure (SEAE), créé pour soutenir l’action internationale de Mme Catherine Ashton, Haute représentante aux Affaires étrangères. « Cette nouvelle institution, dont nous dépendons, permettra une meilleure cohérence et coordination de l’action extérieure de l’UE, qui parlera désormais d’une seule voix et aura une plus grande visibilité », a-t-elle déclaré.

Evoquant l’Accord d’association entre l’UE et l’Algérie, Mme Baeza a estimé que sa mise en ?uvre « avance normalement », rappelant qu’il a fait l’objet d’un passage en revue lors du 5ème Conseil d’association de juin dernier. L’Algérie est pour l’UE « un voisin d’une importance stratégique, un partenaire central dans l’espace euro-méditerranéen et un acteur-clé dans le partenariat de l’UE avec l’Afrique », a-t-elle affirmé. Un protocole-cadre de coopération parlementaire a été signé en 2006 entre les Parlements algérien et européen en vertu duquel les deux institutions s’étaient engagées à entreprendre et poursuivre une « étroite collaboration » entre elles.

Le protocole prévoit, également, de promouvoir la réalisation des valeurs et objectifs communs des deux institutions dans le double cadre de la coopération parlementaire entre l’Algérie et l’UE et de la coopération parlementaire euro-méditerranéenne, à travers, notamment, la concertation permanente, des contacts réguliers et l’organisation de rencontres périodiques.

Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, avait assisté à l’installation solennelle de ce groupe d’amitié au sein du Parlement européen à Strasbourg le 16 juin dernier.

Le groupe parlementaire d’amitié algéro-européen est présidé du coté algérien par Mohamed Nadir Hamimid et comprend 33 parlementaires des deux chambres. Du coté européen, le groupe, composé de 20 membres, est présidé par Salafranca José Ignacio.

APS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire