jeudi, octobre 28, 2010

Bouteflika: L'université algérienne devra se hisser aux standards internationaux

Des hommes, des femmes, des enfants et des familles sont sortis dans les rues pour accueillir le premier magistrat du pays. Cette visite officielle du président de la République dans la wilaya de Ouargla, faut-il le noter, intervient dans le cadre de la réception de plusieurs infrastructures économiques et sociales prometteuses pour les habitants du Sud. En effet, M. Abdelaziz Bouteflika s’est rendu à l’université Kasdi Merbah où il a procédé à la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire 2010/2011 en présence de M. Rachid Harraoubia, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Dans un discours prononcé à cette occasion, le Président a souligné que l’université est appelée aujourd’hui à accorder davantage d’intérêt à la qualité ! de l’enseignement pour atteindre les standards internationaux les plus élevés.

Elle est également appelée à mettre en adéquation l’enseignement dispensé avec les exigences du développement et les aspirations et besoins de la société, de façon à contribuer efficacement à son orientation et développement. Le président de la République a appelé, également, à partir de Ouargla, les enseignants et les chercheurs à ?uvrer au développement des capacités scientifiques et de recherche, à la modernisation des programmes pédagogiques et à l’adaptation des méthodes d’enseignement afin de hisser l’enseignement progressivement au niveau des grandes universités dans le monde.

S’agissant des mesures incitatives prises par le gouvernement au profit des enseignants et des chercheurs, le chef de l’Etat a indiqué qu’elles constituent, en premier lieu, « une rupture avec la vision qui a prévalu dans un passé récent et un saut qualitatif qui réhabilite les enseignants et les chercheurs en leur donnant la place sociale qui leur revient ». Elles consacrent aussi, a indiqué le chef de l’Etat « le principal de récompense du mérite et le rétablissement enfin de la reconnaissance par la société des valeurs académiques ». Dans le même sillage le président de la République s’est dit confiant en les capacités de l’université algérienne qui a consacré nombre de réalisations, indiquant qu’il ambitionnait la voir occuper une place très importante dans les domaines de la connaissance et du progrès technique et dans le classement mondial des universités.

Le chef de l’Etat a appelé en dernier à « davantage de mobilisation afin de remporter les enjeux de la qualité et de l’excellence en matière de formation des élites et des compétences à qui incombe la responsabilité de diriger les institutions de l’Etat et de la société avec mérite ». Pour sa part, le ministre de l’Enseignement supérieur, Rachid Harraoubia, a indiqué que « les réalisations prépondérantes mise en place par l’Etat, ont fait que l’enseignement supérieur s’est développé dans notre pays ». Ainsi, il a affirmé « une moyenne de 80 centres universitaires sont opérationnels en Algérie, en plus de 368 cités universitaires, 1 million trois cents places pédagogiques, 557 000 lits ». Le ministre a également ajouté que « de nouveaux cycles pour la formation scientifique et technologique seront réceptionnés durant cette année ». Le président ! de la République a inauguré, à l’occasion, plusieurs structures d’enseignement supérieur comportant 6.000 places pédagogiques à l’université de Ouargla.

Le chef de l’Etat a dévoilé la plaque inaugurale de cet important projet avant de visiter une exposition de projets innovants réalisés par les chercheurs de différents départements relevant du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Les structures pédagogiques inaugurées, deux de 2000 places et deux autres de 1000 places, qui viennent renforcer les capacités d’accueil de l’université Kasdi-Merbah, couvrent une superficie de plus de 23 ha, et pour une enveloppe de 1,01 milliard de DA dégagés sur les programmes sectoriels de développement. Le projet comporte 12 amphithéâtres, deux de 400 places et deux de 200 places, 12 salles de 100 places, 30 salles de travaux dirigés de 40 places, en plus d’une bibliothèque et des ailes administratives des facultés, selon la fiche technique du projet. L’université Kasdi-Merbah de Ouargla a accueilli, au titre de la nouvelle saison universitaire 2010-2011, un effectif global! de 22.055 étudiants, dont 4.000 nouvellement inscrits, selon les données de son rectorat.

Répartie sur 62 filières universitaires en licence et 20 spécialités en master, dont 28 nouvelles filières ouvertes cette saison (14 en licence et 14 en master), cette population estudiantine est encadrée par 809 enseignants universitaires, dont 33 professeurs, 103 maîtres de conférences et le reste de maîtres assistants, en plus de 112 enseignants qui devront être recrutés cette année, portant ainsi le ratio d’encadrement à un enseignant pour 24 étudiants. Cette structure d’enseignement supérieur, ouverte en tant qu’école normale supérieure en 1987 avant d’être élevée au rang de centre universitaire en 1997, puis promue à celui d’université en juillet 2001, dispose actuellement de 265 salles de cours, 26 amphithéâtres, 31 laboratoires, une bibliothèque centrale et d’autres structures de spécialités au niveau de chaque institut. Elle offre une capacité de 17.000 places pédagogiques, dont 11.000 réalisées durant la période 1999-2010. Le ! président de la République a procédé par la suite à la pose de la première pierre de la station de déminéralisation qui permettra, une fois le projet achevé, d’améliorer la qualité de l’eau potable dans cette région du Sud et satisfaire ainsi les besoins des citoyens. Dans ce sens, une moyenne de 8 stations seront réalisées dans chacune des communes suivantes : Gherbouz, Aïn El Kheir, Hai Bouziz, Rekhadma, Ifri Gara Sokra Boumendil et village Bamendil.

Pour ce qui est de la 9e station, elle sera réalisée dans la commune de Rouissat. Le coût global du projet est de l’ordre de 8 000 000 000 DA. Il permettra ainsi de créer 150 emplois temporaires. Le groupement chargé de la réalisation est Aquai/C.G.C un groupement autrichien en partenariat avec la Chine. S’agissant du même contexte, le président de la République a inauguré la station d’épuration, de traitement de protection de la vallée de Ouargla. A ce propos, il faut signaler que la cuvette de Ouargla est confrontée aux effets néfastes de la remontée des eaux. Ce projet porte sur 118 km de réseau d’assainissement, 31 stations de relevage, 40 km de transfert vers Selkhet Sefioune, 74 km de drainage, le coût global du projet est estimé à 29 500 000 DA. Le président a procédé, entre autres, à l’inauguration de la cour de justice dont le coût global du projet est de 445 000 000 DA, réalisé par des entreprises nationales.

S’agissant du secteur de la santé, le président de la République a inauguré, en présence du ministre du secteur, M. Ould Abbès, la clinique ophtalmologique réalisée en coopération entre des sociétés algériennes et des entreprises cubaines. Elle comprend 40 lits d’hospitalisation, trois blocs opératoires, deux blocs de consultation, trois salles d’examen, ainsi qu’un ensemble de structures spécialisées. Il a procédé aussi à l’inauguration du centre anticancer d’un coût de 1 035 000 000 DA. Ce projet d’une durée de 36 mois, permettra à cet effet d’étendre la couverture médicale spécialisée aux régions du Sud et éviter les grands déplacements des patients de la région aux villes du Nord.

dource: Le maghreb

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire