jeudi, septembre 30, 2010

Réhabilitation de la Maison du tapis

La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a inscrit, dans son agenda culturel des activités artistiques, pour la période allant de 2010 à 2014 dont plusieurs actions de réhabilitation et de restauration des vieux édifices culturels ainsi que la réalisation d'un système d'information géographique pour la gestion des biens culturels de la région qui seront soutenus par une carte archéologique. Autant dire qu'elle est en train de procéder à la pose des premiers jalons de l'économie touristique et culturelle qui ne bénéficiait avant d'aucune attention particulière à même de la développer et ce en dépit d'une richesse indéniable et variée d'une localité à une autre. Parmi ces actions figure en pole position le projet de réhabilitation de la Maison du tapis situé dans le village des Aït Hichem, dans la commune d'Aït Yahia sur les hauteurs du Djurdjura dans le sud de la wilaya de Tizi Ouzou. Les travaux de réhabilitation seront totalement pris en charge par la direction! culturelle qui ambitionne de donner une nouvelle dimension à son secteur en ne négligeant aucun effort ni aucune pièce de ce riche puzzle qui constitue le tissu culturel dans la wilaya. Notons que la production artisanale du tapis, auparavant sanctionnée par une fête du tapis dans le village des Aït Hichem chaque été, a bénéficié, suite à une demande adressée à la ministre de la Culture par les associations du village en question, d'une promotion non négligeable qui aura son pesant d'or dans l'avenir de la filière. En effet, la modeste fête du tapis a été promue en un festival, par décret portant sa création en juin dernier. Le premier festival s'est déroulé donc pour la première fois du 27 juillet au premier août de l'année en cours au village Aït Hichem. Par ailleurs, l'institution du festival du tapis témoigne du souci constant de la direction de la culture quant à la prise en charge de la production du tapis et des tisseuses qui connaissent des problèmes socioprofessio! nnels menaçant leur avenir. Ainsi, avec l'instauration du fest! ival, d'autres secteurs comme les entreprises commerciales, les investisseurs dans le tourisme ou encore l'artisanat, sont appelés, en apportant des fonds, à une profonde implication en vue de tirer de sa léthargie la production ancestrale du tapis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire