lundi, juin 28, 2010

Fils de chahid: Marche de la FFC sur la présidence le 3 juillet

Les adhérents et les sympathisants de la Fédération des enfants de chouhada (FFC) veulent renouveler leur tentative de marche sur la capitale du 19 mars 2009, en l'organisant cette fois-ci à pied de Tizi-Ouzou jusqu'à la présidence de la République. Leur objectif est d'interpeller les hautes autorités du pays sur l'application intégrale de la loi relative aux droits des moudjahidine, des chouhada et des ayants droit.

Concrètement, la FFC réclame l'application de la loi 99/07 du 5 avril 2009 sur la promotion spéciale en y ajoutant deux catégories dans le classement des personnes concernées et la dispense des concours professionnels au sein des organismes publics. La FFC exige également que cette loi soit appliquée à partir de la date de sa parution au Journal officiel et non à compter de 2008, comme l'on persiste à le faire au sein de la Fonction publique. La FFC, qui dit parler au nom des laissés-pour-compte, évalués à 40 000 dans la wilaya de Tizi- Ouzou, ceux à qui, précise-t-elle, on continue de contester le minimum des droits consacrés par les lois de la République, demande un logement pour tous les enfants de chouhada qui en sont dépourvus, une allocation de 36 000 à 40 000 DA à leur profit, indépendamment de leur situation sociale, ainsi que le bénéfice du droit à la pension de réversion des mères décédées. Réfutant la propagande qu'elle qualifie de malveillante et qui consiste à assimiler les enfants de chouhada à des rapaces, des cupides, ceux qui ont tout accaparé, et dépouillé le pays de ses richesses, trahi la Révolution et détourné son cours normal à leur propre profit, la FFC exige que tous ceux qui ont géré ce pays rendent des comptes au peuple. Elle demande le retour aux sources de la Plateforme de la Soummam, le strict respect des idéaux de Novembre 1954, la relance du projet de loi visant à la criminalisation du colonialisme, et des excuses de la part du pouvoir égyptien pour les atteintes portées aux symboles de la Révolution et à la souveraineté nationale. La marche du 3 juillet envisagée depuis le mois de mai dernier, lors d'un meeting à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi- Ouzou, semble avoir reçu l'aval de nombreuses wilayas du pays selon Mustapha Oudaï, responsable de la FFC. Elle devrait démarrer vers 9h ou 10 h du matin à l'ex-marché de gros et rassembler entre 2 000 et 8 000 personnes, et même peut-être beaucoup plus, a avancé le même responsable devant une trentaine d'adhérents de Tizi- Ouzou et des autres wilayas. Les marcheurs éviteront de gêner la circulation ou de troubler l'ordre public de quelque manière que ce soit, a-t-il ajouté. «Nous ne sommes pas des destructeurs. Nous voulons, au contraire, construire ce pays sur des bases saines, autour des idéaux pour lesquels nos parents se sont sacrifiés et nous ont sacrifié avant que les pouvoirs successifs nous humilie», a-t-il clamé. Et d'ajouter : «Nous exigeons réparation du préjudice moral subi par nos mères et par nous-mêmes en tant qu'enfants de chouhada ; nous réclamons nos droits légitimes de façon pacifique ; nous ne demandons pas plus que l'on nous écoute et que l'on entende la colère qui gronde au sein du peuple contre la dilapidation des richesses nationales, ,contre la corruption et l'injustice. Il est possible que l'on nous empêche de marcher comme en mars 2009, et dans ce cas, il appartiendra aux enfants de chouhada de décider de la suite à donner à cet éventuel empêchement.» Rappelons que 11 responsables de la FFC ont été interpellés au cours de la marche du 19 mars 2009 et qu'ils ont été déférés devant la justice pour troubles à l'ordre public, avant d'être condamnés en juillet de la même année à 3 mois de prison avec sursis.

source: Le soir d’algerie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire