lundi, octobre 26, 2009

L’ANP traque les terroristes du carnage de Souk-el-Thenine

26-10-2009Un impressionnant dispositif militaire a été déployé tout autour de la circonscription de Maâtkas, appuyé par des forces héliportées qui ne cessaient de survoler tout le territoire sud de la wilaya de tizi-ouzou. Un accrochage s’est d’ailleurs produit dans la nuit de vendredi à samedi non loin du village de Zerrouda, près de Draâ Benkhedda. Un accrochage qui n’a donné aucun résultat dès lors que les islamistes armés ont pu prendre la fuite à la faveur de la nuit vers le maquis de Boumahni, sis à l’ouest de Maâtkas.


Il y a lieu de souligner que les terroristes, qui connaissent parfaitement le terrain dans cette région, réussissent le plus souvent à filer entre les mailles des filets tendus par les militaires, même si l’ensemble des axes routiers CW 147 (Maatkas ), CW 2 (Beni- Zmenzer), CW128 (Boghni), CW100 (Beni- Douala), CW228 (Tirmitine) sont étroitement surveillés par les militaires. Il est fort probable que ces islamistes armés bénéficient de l’appui d’un ou de plusieurs réseaux de soutien.


Sinon comment expliquer ce guet-apens sur le CW 147 ? Comment le GSPC savait l’existence de ces agents de sécurité et connaissait parfaitement leur itinéraire et l’heure de leur passage dans ce sinistre endroit d’Ighi Oumencher, à 3 km au sud de la ville de Souk el Thenine ? Comment connaissent-ils encore le domicile du policier auquel ils ont tendu une embuscade près de chez lui durant le mois de ramadan ? La victime n’a été que blessée fort heureusement. C’est dire enfin que tout le monde est unanime à avancer que les islamistes armés qui écument les maquis limitrophes (Amjoudh, El Maj et Boumahni) disposent d’un sérieux soutien dans la région et plus particulièrement à Souk el Thenine.


Les deux blessés toujours hospitalisés
Le chauffeur du fourgon ayant transporté les GLD (sept tués et un blessé) est en soins intensifs actuellement au niveau du CHU de Tizi-ouzou. Toujours dans le coma, son état est jugé critique. Tout Maâtkas prie pour son rétablissement. En revanche, l’agent de sécurité blessé est encore hospitalisé, mais ses jours ne sont pas en danger. Précisons enfin que l’attentat s’est produit jeudi dernier à 7 heures du matin et non à 10 heures, et le nombre de blessés n’est que de deux et non six comme annoncé par erreur dans notre article de samedi.


source: Le soir d’algerie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire